Arthrose de la mâchoire : symptômes, diagnostics et traitements

Vous éprouvez des difficultés pour mastiquer ou des limitations pour ouvrir la bouche ? Des douleurs lancinantes accompagnées d’un inconfort, voir de bruits articulaires, se manifestent dans l’articulation à l’avant de l’oreille ? Peut-être souffrez-vous d’arthrose de la mâchoire, une forme de dégénérescence de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM) pouvant engendrer des douleurs handicapantes.
50% de la population adulte souffrirait d’un trouble de l’ATM touchant indifféremment les hommes et les femmes, et ce, quel que soit leur âge. De nombreuses pathologies peuvent atteindre l’articulation temporo-mandibulaire et, si la grande majorité d’entre elles sont rares, nous nous intéressons aujourd’hui à l’arthrose de la mâchoire. Quelles en sont les symptômes et les causes ? Comment soigne-t-on ce type d’arthrose ? Quel spécialiste consulter ?
Nous avons souhaité faire le point pour vous sur cette forme d’arthrose peu répandue, afin que vous sachiez qui consulter et comment réagir si vous deviez y être confronté. Suivez le guide !

Quelles sont les causes de l’arthrose de la mâchoire ?

L’arthrose de la mâchoire peut avoir différentes causes, qu’elles soient d’origine traumatique, biochimique ou génétique.
• Cause traumatique : des traumatismes fréquents et répétés dus par exemple à une malocclusion dentaire, c’est-à-dire à un trop grand espacement, un chevauchement ou un positionnement anormal des dents qui peuvent être un élément déclencheur de l’arthrose de la mâchoire. Des mouvements inconscients par serrement ou mouvements latéraux de l’appareil manducateur accompagnés de grincement de dents constituent également des traumatismes successifs pouvant déclencher la survenue de l’arthrose. Un décentrage de l’articulation temporo mandibulaire peut aussi engendrer douleurs et contractions musculaires ce qui va, de fait, augmenter la pression au sein de l’articulation.
• Cause biochimique : souvent liée à des variations hormonales, l’altération biochimique de la structure du cartilage est potentiellement responsable de l’apparition de l’arthrose de la mâchoire.
• Cause génétique : l’arthrose peut également avoir une origine génétique, on parle alors d’arthrose familiale.

Quels sont les symptômes de l’arthrose de la mâchoire ?

Durant la phase de développement de l’arthrose de la mâchoire, certains symptômes font leur apparition précocement alors que d’autres sont plus tardifs et se manifestent alors que l’articulation est déjà bien lésée. L’un des symptômes principaux de l’arthrose de la mâchoire est caractérisé par une douleur durant la mastication des aliments. D’autres symptômes caractéristiques peuvent également se manifester :
• claquement ou bruit à l’ouverture de la bouche,
• une certaine raideur dans l’articulation et des douleurs au niveau du cou et de la nuque,
• une ouverture restreinte de la bouche parfois accompagnée d’un blocage,
• des douleurs au niveau des oreilles,
• des maux de tête fréquents,
• des difficultés pour mastiquer ou avaler,
• une variation dans la position de l’arcade dentaire.

Quel spécialiste devez-vous consulter ?

Si vous souffrez d’une douleur à la mâchoire ou si l’un des symptômes cités précédemment se manifeste, n’hésitez pas à prendre rendez-vous chez votre dentiste. En effet, votre dentiste stomatologue est le spécialiste à consulter pour tous problèmes liés à l’articulation temporo-mandibulaire.

Comment soigne t-on l’arthrose de la mâchoire ?

Phase 1 – Soulager la douleur : votre dentiste stomatologue ayant confirmé le diagnostic d’arthrose de la mâchoire, la priorité sera de soulager les douleurs puis, dans un second temps, de freiner l’évolution de la pathologie. Apaiser la douleur passe par le fait de laisser l’articulation au repos ce qui implique d’adopter un régime alimentaire constitué d’aliments mous (purées, compotes, légumes hachés, mousse…) ou liquides (potages, jus de fruits…) et ce, durant un laps de temps plus ou moins long. Simultanément à cette alimentation molle, vous pouvez également soulager la douleur par la prise d’antalgiques classiques et pratiquer des massages sur l’articulation afin de soulager l’inflammation. Evitez également autant que possible, les grandes ouvertures de la mâchoire comme les bâillements.
Phase 2 – Traiter la cause : après l’étape initiale consistant à soulager la douleur, il sera nécessaire de traiter le ou les facteurs déclenchants. Nous avons vu précédemment que ces facteurs peuvent être liés à une malocclusion, au bruxisme, à un décentrage de l’articulation, voir même au stress. Selon la cause identifiée, votre dentiste stomatologue sera en mesure de vous proposer la solution adaptée pouvant revêtir la pose d’un appareil dentaire de nuit, un traitement d’orthodontie ou une chirurgie de la mâchoire. Les options de traitement chirurgical comprennent les injections intra-articulaires, l’arthrocentèse (ponction de l’articulation), voir dans certains cas relativement sérieux, une solution visant à remplacer certaines parties de la mâchoire.

Médecines douces et solutions naturelles

Outre les solutions médicamenteuses, la médecine douce propose différentes alternatives dotées de résultats très significatifs permettant de soulager la douleur, au rang desquels nous retrouvons l’homéopathie, les huiles essentielles, les compléments alimentaires ou encore la phytothérapie.

L’homéopathie : vous trouverez ci-dessous quelques suggestions en fonction de votre ressenti douloureux, mais il pourrait être utile de consulter un médecin homéopathe afin qu’il vous prescrive la solution la plus adaptée à votre cas personnel.
Si vos douleurs surviennent essentiellement la nuit : Kalium Iodatum. Préparé à partir de l’iodure de potassium, vous trouverez le Kalium Iodatum sous la forme de granulés, de comprimés, de poudre orale, de pommade ou encore en solution buvable.
Si vos douleurs sont plus vives par temps humide : Causticum. Utilisé pour les douleurs articulaires, Causticum se trouve sous la forme de granulés et en dilution 5ch, 7ch, 9ch, 15ch et 30ch.
Si vos douleurs ont tendance à augmenter lorsque l’articulation est en mouvement ou gonflée : Bryonia alba. Ce médicament homéopathique d’origine végétale (bryone) est utilisé pour calmer l’inflammation des tissus musculaires et se trouve sous la forme de granulés.
Si votre douleur augmente avec l’humidité et le froid mais diminue lorsque vous êtes en mouvement : Rhus toxicodendron. Issu des jeunes pousses du sumac vénéneux, un arbrisseau originaire du Japon et des Etats-Unis, le Rhus toxicodendron se trouve sous la forme de granulés

Les huiles essentielles : certains mélanges d’huiles essentielles, associant des propriétés antidouleurs et tonifiantes, permettent de proposer des remèdes naturels à l’efficacité reconnue dans le but de soulager la douleur.(https://arthrose.fr/des-huiles-essentielles-pour-soulager-les-douleurs-de-larthrose/) Ces huiles s’utilisent diluées dans une huile végétale neutre, en massant doucement la mâchoire.
• L’huile essentielle de Gaulthérie : largement reconnue pour ses propriétés anti-inflammatoire, cette huile possède également des propriétés antidouleur.
• L’huile essentielle de Karafray : huile possédant des propriétés apaisantes et tonifiantes, c’est surtout un puissant antidouleur et anti-inflammatoire.
• L’huile essentielle d’eucalyptus citronné : anti-inflammatoire, elle traite les douleurs articulaires et musculaires.

Les compléments alimentaires : les compléments alimentaires à base de glucosamine et de chondroïtine, deux substances naturellement présentes dans les articulations, permettent d’une part de retenir l’eau et de donner son élasticité au cartilage et d’autre part, elles favorisent l’action lubrifiante du liquide synovial. Les résultats bénéfiques n’intervenant qu’après plusieurs semaines de traitement (6 à 8 semaines), vous devrez vous montrer patient…

L’Harpagophytum : classé dans le domaine de la phytothérapie, l’Harpagophytum est une plante de la famille du sésame qui se consomme sous la forme de gélule ou de tisane. Ce sont les principes actifs contenus dans ses racines qui permettent de traiter de façon naturelle les douleurs articulaires. Soulignons que son efficacité par rapport aux douleurs rhumatismales est « cliniquement avérée » selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Quels examens pratiquer pour poser un diagnostic ?

L’examen de référence utilisé par votre dentiste stomatologue pour une première exploration de votre articulation temporo-mandibulaire est la radio panoramique dentaire qui va permettre de mettre en évidence une anomalie morphologique articulaire, une arthrose ou une pure origine dentaire comme une dent de sagesse.
Le scanner ou l’IRM vont mettre en évidence le ménisque et l’appareil ligamentaire de l’articulation, l’analyse d’une éventuelle occlusion pouvant quant à elle être obtenue par moulage.

Cet article vous a-t-il plu ?

Note moyenne : 5 / 5. Nombre de vote : 1