CBD et cannabis thérapeutique contre les douleurs de l’arthrose

Le CBD ou cannabidiol est un composé chimique issu du chanvre (cannabis sativa) appartenant au groupe des cannabinoïdes.
Contrairement au THC ou tétrahydrocannabidol, autre composant du chanvre, le CBD ne possède aucune propriété psychoactive, il ne peut donc pas agir sur le psychisme en modifiant le rythme cérébral du consommateur.
Ayant des vertus thérapeutiques supposées permettant de soulager les douleurs inflammatoires, nous avons souhaité faire un point sur ce composé actuellement sous le feu des projecteurs.

Le rôle du CBD dans le traitement symptomatique de l’arthrose

Nous avons tenté de dresser un point complet sur les effets réels ou supposés du CBD à travers les propos d’un pharmacien suisse spécialisé dans le domaine, mais également en étudiant la littérature scientifique liée au sujet puis en requérant l’avis de patients souffrant d’arthrose et ayant testé le CBD. Qu’en ressort-il ?

Dr Manfred Fankhauser (source : ligues rhumatisme suisse)

Pharmacien suisse et propriétaire de la « Bahnhof-Apotheke » de Langnau, Manfred Fankhauser est le seul à pouvoir fabriquer et vendre des médicaments à base de cannabis. Une chance ultime pour des patients parfois gravement malades bien que notre pharmacien helvète se refuse à parler d’un produit miracle.
Ce docteur en pharmacie précise que sur le plan chimique, le CBD et le THC sont très proches même si leurs structures diffèrent et ne présentent pas des effets pharmacologiques identiques.
Lorsqu’on l’interroge sur la prise de CBD contre les rhumatismes, il stipule que la lutte contre la douleur est davantage le rôle du THC dont les effets analgésiques sont validés, le CBD se distinguant davantage par ses propriétés anti-inflammatoires.

Le CBD doit-il donc être conseillé aux patients souffrant de rhumatismes inflammatoires ?
Le pharmacien n’y est pas favorable, précisant que l’efficacité du CBD en la matière se révèle d’autant plus grande lorsqu’il est associé aux effets analgésiques du THC.

Le CBD se combine également très bien avec le THC dans le cadre du traitement de l’arthrose, des douleurs de dos chroniques et de l’ostéoporose.

Interrogé sur la soudaine notoriété du CBD, Manfred Fankhauser explique que de nombreux fournisseurs arrivent sur le marché avec leurs produits et ont tout intérêt à le présenter comme un traitement miracle, ce qui n’est hélas pas le cas.
Il ne déconseille pas pour autant la prise de CBD, citant notamment le peu d’effets secondaires, permettant de suivre des traitements sur de longues périodes.

En Suisse, les préparations à base de CBD peuvent-être prescrites par le médecin traitant sur une simple ordonnance.
Concernant le THC médical, le médecin doit effectuer une demande de dérogation individuelle auprès de l’OFSP (Office fédéral de la santé publique) qui devra être validée avant toute prescription.

Les études scientifiques relatives au CBD

Connaissez-vous le mode d’action du CBD sur la douleur ?
Schématiquement nous pourrions définir le système endocannabinoïde comme un ensemble de récepteurs cannabinoïdes, c’est-à-dire des neurotransmetteurs et neurorécepteurs, présents dans le système nerveux central appelés CB1 ainsi que dans les cellules du système immunitaire appelés CB2.
L’ingestion de CBD active ces récepteurs tout en favorisant la production naturelle de cannabinoïdes par notre organisme (endocannabinoïdes) qui, à leur tour, peuvent activer les récepteurs CB1 et CB2.
Un rapport d’étude médicale publié en 2014 dans la « National Library of Médecine » conclut que les résultats de plusieurs études précliniques réalisées sur des rats, confirment l’intérêt du système endocannabinoïde comme cible thérapeutique pour les douleurs rhumatismales.
Deux études menées par l’US National Library of Medecine / National Institutes of Health, en 2016 et 2017, semblent mettre en évidence l’efficacité du cannabidiol pour soulager les douleurs articulaires et inflammatoires spécifiquement liées à l’arthrose.

Néanmoins, un paradoxe existe entre la rareté des études menées, les limites de l’interprétation de celles existantes, notamment à cause de traitement mélangeant CBD et THC, ainsi qu’à certains cas de figure ou mode d’utilisation, et les nombreux témoignages de patients évoquant une amélioration sensible des douleurs du patient consommant du cannabidiol sous des formes diverses.

Le cadre légal du CBD en France

Contrairement au THC, le CBD n’est pas interdit en France, si et seulement si, il contient moins de 0,2% de THC, ce qui s’explique par le fait que sa consommation n’induise pas d’effets psychotropes malgré son effet psychoactif.

Les produits à base de CBD se trouvent sous différentes formes, dans de nombreuses boutiques spécialisées à des dosages bien-être.

Le CBD n’étant pas classé comme médicament, toute allégation médicale est donc proscrite, ce qui ressemble fort à un paradoxe dans le sens ou le cannabis thérapeutique est autorisé en France…
Notons à ce propos, que la mission d’information parlementaire travaillant sur les usages du cannabis recommande dans un rapport publié le 10 février 2021, un assouplissement de la réglementation, jugée trop restrictive et inadaptée sur le cannabis « bien être ».

En effet, alors que le nombre de boutiques distributrices de produits issus du CBD se multiplie sur notre territoire, la France, 1er producteur européen de chanvre, n’est pas en mesure de fournir ces magasins, qui risquent une fermeture administrative à tout moment.

Au rang de ses propositions, les parlementaires français demandent :
L’autorisation de la culture, de l’importation et exportation et enfin de l’utilisation de toutes les parties du chanvre à des fins industrielles et commerciales, y compris la fleur.
La suppression du seuil de 0% de THC dans les produits finis.
La fixation d’un seuil de THC dans les produits finis de 0,6% pour le territoire national et de 1% concernant les territoires d’Outre-mer.

Depuis un arrêté de 1990 relatif aux stupéfiants, la France interdit l’exploitation des feuilles et fleurs de chanvre qui contiennent naturellement du CBD, autorisant uniquement la culture et la commercialisation des fibres et graines de chanvre à la condition que leur teneur en THC soit inférieur à 0,2%. Cet arrêté à néanmoins été jugé illégal le 19 novembre 2020 par la cour de justice de l’Union européenne au nom de la libre circulation des marchandises. La cour a estimé que le CBD ne pouvait être considéré comme un stupéfiant car dépourvu d’effet psychotrope et de nocivité pour la santé.
A ce jour, la mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives, étudie les différentes possibilités de prise en compte de ce jugement.

Où en sommes-nous concernant le cannabis thérapeutique ?

L’expérimentation du cannabis thérapeutique en France a reçu l’approbation de l’Agence du médicament (ANSM) le 11 juillet 2019 dans le cadre défini par un groupe d’experts le mois précédent.

Le cannabis thérapeutique sera tout d’abord expérimenté auprès de patients se trouvant dans une forme d’impasse médicale, souffrant par exemple de douleurs neuropathiques non soulagées par d’autres thérapies, subissant les effets secondaires d’une chimiothérapie, des effets musculaires provoqués par la sclérose en plaque ou encore pour les malades en soins palliatifs.
La prescription initiale de produits à base de cannabis sera réservée aux médecins des centres anti-douleur, aux oncologues ou aux neurologues par exemple.
Lorsque le traitement du patient est établi, le renouvellement de la prescription pourra être effectué par le médecin traitant du patient.

Les produits proposés contiendront du THC et du CBD à des dosages différents et prendront des formes variées, comme de l’huile pour l’inhalation à effet immédiat ou des solutions buvables pour un effet prolongé.

Que pouvons-nous en conclure ?

Bien que non prouvé par des études scientifiques dignes de ce nom et à grande échelle, il semblerait que le CBD possède des propriétés thérapeutiques au regard des douleurs de l’arthrose, notamment en raison de sa double action anti-inflammatoire et analgésique.
Sans effet secondaire à long terme, il est toutefois préférable d’éviter la prise de CBD parallèlement à un autre traitement en cours.
Selon certains spécialistes, la prise de THC associée au CBD induirait une action renforcée contre les douleurs… ceci n’étant bien sûr envisageable que dans les pays où le cadre légal permet l’utilisation du cannabis thérapeutique.

Interview de Michèle : les douleurs articulaires et le CBD

Cet article vous a-t-il plu ?

Vote pris en compte : 5 / 5. Vote : 2