Comment concilier arthrose et repas de fêtes ? Nos conseils pour des menus savoureux et adaptés !

Le millésime 2020 va bientôt prendre fin et rares seront les nostalgiques de cette année tragique. Pandémie, confinement, attentats, les sujets fâcheux ne manquent pas et davantage encore que les années précédentes, les fêtes de fin d’année vont-être le symbole du ralliement familial et amical, mais aussi d’un exutoire permettant de hisser à nouveau bien haut son moral, aider en cela par les plats savoureux et autres gourmandises sucrées habituellement présents sur les tables joliment décorées des réveillons. Période de fastes gastronomiques s’il en est, les derniers jours de décembre sont à la fois un ravissement pour nos papilles et un cauchemar pour notre régime et ce, que l’on considère l’aspect purement esthétique ou thérapeutique.

Des plats de fêtes savoureux mais respectueux de votre arthrose…

Pour vous aider à régaler vos convives et à festoyer comme il se doit sans pour autant accroître les risques de crises d’arthrose, nous avons concocté pour vous quelques recettes tout aussi savoureuses pour votre palais, que respectueuses des préceptes d’une alimentation anti-arthrose.
Comme tous les goûts sont dans la nature et qu’il n’est pas question d’imposer, mais de suggérer, nous vous proposerons chaque semaine jusqu’à la veille des fêtes, des entrées imaginatives, des plats créatifs, et, avec une certaine culpabilité il faut bien l’avouer, quelques gourmandises sucrées qui raviront les gourmets.

Nous serions ravis que vous adoptiez nos suggestions en les dressant sur votre table joliment décorée le 25 décembre prochain, mais rappelons-nous les quelques règles essentielles afin de cuisiner des plats anti-arthrose… au cas où vous auriez envie de vous lancer dans des créations culinaires personnelles.

Quels sont les aliments à éviter ?

Sont à éviter tous les aliments dits inflammatoires parmi lesquels on retrouve 4 grandes catégories :

  • Limiter les aliments riches en oméga 6, en particulier les huiles de soja, de tournesol ou d’arachide.
  • Diminuer sa consommation de produits riches en acides gras saturés, que l’on peut définir comme étant des graisses solides à température ambiante et provenant du règne animal, tels que la charcuterie, le fromage, le beurre, la crème, les graisses de porc, de canard, d’oie…
  • Limiter le plus possible les aliments à l’index glycémique élevé comme les les produits raffinés (farine blanche et pain blanc) ainsi que les produits transformés riches en sucre simple (sirop de glucose).

Quels aliments devons-nous privilégier ?

Moins de viande et davantage de poissons gras

Dans un premier temps, il est souhaitable de diminuer la consommation de protéines animales au profit de protéines végétales, comme le tofu, les légumineuses ou encore les noix.
Excepter en cas de goutte, les poissons gras remplaceront avantageusement une viande rouge. Des poissons tels que le saumon, le thon, le maquereau ou encore la sardine et le hareng vous permettront de réaliser des mets savoureux et délicats.

Si vous n’êtes pas un aficionados du poisson vous pourrez vous délecter de succulentes volailles en levant des filets de chair fine sur une belle pintade ou un poulet fermier, en mettant de côté la peau bien sûr, vous pourrez aussi accommoder sans risque de beaux magrets de canard ou de dinde, sans oublier le lapin qui contient très peu de lipides et dont l’apport calorique est faible.

Plats de fêtes par excellence, la venaison ou viande de gibier (on parle aussi de viande noire en raison de sa forte teneur en fer) constitue un choix judicieux pour les amateurs de viande au goût plus prononcé. Petit bémol pour les personnes souffrant de goutte, certaines viandes riches en acide urique (purines) sont à éviter pour ne pas provoquer de crises, c’est notamment le cas du gibier et des abats.
Ainsi pourrez-vous innover et surprendre vos invités qui resteront bouche bée devant un rôti de cerf, une daube de sanglier ou encore un civet de lièvre. Pour les palais plus délicats, des cailles farcies relèveront merveilleusement le double défi d’un plat de fêtes raffiné et respectueux de votre pathologie.

Qui dit fêtes, dit crustacés !

Si vous voulez (et pouvez !) mettre les petits plats dans les grands les soirs de réveillon, si vous souhaitez subjuguer vos invités et d’un seul coup d’un seul oublier cette année 2020 pour le moins dramatique, offrez-leur une langouste ou un homard grillée, des gambas ou encore du crabe royal du Kamtchatka… émerveillement assuré pour cet opéra divin des papilles ! Tout aussi appréciées et bénéfiques dans le cadre de repas adaptés à vos pathologies arthrosiques, les huîtres et les coquilles Saint-Jacques sauront régaler les gourmets amateurs de coquillages !

Davantage de fruits et légumes

Vous pouvez également cuisiner davantage de légumes frais.
Connaissez-vous la famille des crucifères ? Derrière ce nom quelque peu méconnu, se cache les choux, les choux fleur, les choux de Bruxelles, mais aussi les navets ou les radis. Riches en vitamines C et K, en fibres et composés soufrés, ils stimulent des enzymes bloquant le processus inflammatoire et empêchent la destruction du tissu cartilagineux.
Afin de bénéficier de l’ensemble de leurs bienfaits, il est préférable de les manger crus, en entrée par exemple ou légèrement croquants, « al dente » , lors d’une cuisson vapeur qui préservera toutes leurs qualités nutritives.

Les fruits remplaceront avantageusement, tant sur le plan nutritif que gustatif, des desserts composés de sucres raffinés en quantité trop importante.
Même si ce n’est pas la saison, les fruits rouges surgelés feront merveilles dans des présentations aussi esthétiques que délicates à déguster.
Les fraises, framboises, cassis ou encore myrtilles regorgent d’antioxydants qui aident à lutter contre les radicaux libres. Il sont également riches en polyphénols, en bêta carotène ainsi qu’en vitamine C et minéraux variés.

Privilégiez les acides gras insaturés à l’instar des noix, de l’avocat, pouvant de surcroît, être mis en valeur dans différents écrins allant de la pâte sablée au ramequin à soufflé, de la verrine au sushi.

Les alliacées meilleurs amis de vos créations de fin d’année

Adeptes des plats relevés et goutus, vous pourrez accompagner vos plats d’ail, d’oignons, d’échalote ou de ciboulette. Outre leurs qualités gustatives, leurs composés soufrés jouent un rôle anti-inflammatoire avéré. Ou comment combattre son arthrose en se faisant plaisir !

Usez et abusez des épices et aromates

Vous avez déjà certainement entendu parler des bienfaits du gingembre et du curcuma sur les patients souffrant d’arthrose, mais quelle en est la raison ?
Tous deux possèdent des propriétés anti-inflammatoires bénéfiques aux douleurs articulaires. Donc non seulement ne vous en privez pas, mais jouez cette carte exotique qui saura réveiller vos préparations tant par leurs goûts que leurs couleurs !

Si l’idée vous tente, vous ne serez pas en manque d’idées, vous pourrez utiliser ces épices pour agrémenter un nombre impressionnant de recettes variées, dont vous vous ferez écho en emportant la reconnaissance de vos invités.

Rien ne va plus, faites vos jeux !

Que vous nous fassiez confiance pour ravir vos convives ou que vous soyez adeptes des créations personnelles, il est temps de faire vos choix et de passer derrière les fourneaux afin de réaliser quelques essais… la mariée n’essaie pas sa robe blanche le jour J…
Peu importe vos choix, vos goûts et les petits excès qui accompagneront vos repas, l’essentiel est de vous faire plaisir et de voir les yeux de vos proches scintiller…

Cet article vous a-t-il plu ?

Vote pris en compte : 4.7 / 5. Vote : 3