Comment diagnostiquer l’arthrose ?

Depuis quelque temps vous ressentez des douleurs liées à l’effort ? Monter des escaliers, passer l’aspirateur ou faire votre lit deviennent des actions douloureuses sans que vous sachiez vraiment pourquoi ? Vous vous interrogez sur le fait de savoir s’il peut s’agir d’arthrose ? Nous avons passé en revue pour vous éclairer, les différents symptômes ainsi que les examens et signes radiologiques permettant à votre médecin de poser le diagnostic de l’arthrose. Suivez le guide…

Les symptômes de l’arthrose

Les signes de la maladie arthrosique peuvent varier selon les patients et l’articulation concernée. Néanmoins, les premiers signes ressentis, causes d’une consultation chez votre praticien, sont le plus souvent la douleur diurne de l’articulation liée à l’effort, accompagnée d’une gêne fonctionnelle concernant la limitation de la mobilité.
Les principales articulations touchées sont la colonne vertébrale, le genou, la hanche, la main ou encore l’épaule.
Notons toutefois que certaines arthroses s’accompagnent de poussées inflammatoires douloureuses nocturnes.

Les articulations douloureuses ne sont ni rouges, ni chaudes. Elles peuvent éventuellement être gonflées en cas d’épanchement de synovie, ce qui est fréquent au niveau des genoux. Au fil du temps, des excroissances osseuses peuvent être à l’origine de déformations des articulations, visibles essentiellement sur les mains.
Si les lésions arthrosiques sont actuellement irréversibles et aboutissent à un raidissement et une importante restriction de la mobilité, l’état général du patient est bon.

L’examen clinique

Il s’agit en fait du moyen essentiel de pose du diagnostic de l’arthrose par votre médecin.
Après vous avoir questionné sur la nature et l’intensité de vos douleurs, la présence ou non d’une gêne articulaire, votre praticien va soigneusement vous examiner afin de déterminer comment se déclenche la douleur, sous la pression, en mouvement… et si l’on peut relever des signes de déformations articulaires liés à un épanchement liquidien.

La radiographie

Une radiographie classique suffit à déterminer si vous souffrez d’arthrose.
Plusieurs signes radiologiques distincts sont caractéristiques de la maladie :
une diminution de l’épaisseur du cartilage,
une condensation de l’os sous-chondral,
la présence d’excroissances osseuses, ou ostéophytes,
la présence de trous dans l’os, ou géodes, au sein de la condensation.

Il n’existe aucune corrélation entre les signes radiologiques avérés et les symptômes ressentis par le patient. L’examen radiologique peut mettre en exergue une arthrose importante alors que le malade est asymptomatique. Par opposition, une arthrose très douloureuse peut ne présenter que de faibles altérations radiologiques.

IRM, scintigraphie osseuse et arthrographie

Dans la grande majorité des cas, l’ensemble de ces examens ne sont pas utiles pour établir le diagnostic de l’arthrose. Seules les affections articulaires ou osseuses non discernables lors de l’examen radiographique peuvent justifier le recours à ces examens complémentaires spécifiques.
Certaines lésions de la hanche ou du genou – non perceptibles lors de la radiologie – nécessitent de pratiquer ces examens pour poser le diagnostic.

Les marqueurs biologiques

La vitesse de sédimentation ainsi que les protéines de l’inflammation étant normales, il n’existe aucun signe biologique mettant en évidence l’apparition de l’arthrose.
Le diagnostic ne peut donc s’appuyer que sur l’examen clinique et radiologique.

Cet article vous a-t-il plu ?

Vote pris en compte : 0 / 5. Vote : 0