Cuisine d’été : Coquillages et crustacés ou chichis et crèmes glacées ?

En matière d’alimentation, faites-vous rimer le temps des vacances avec négligences ou exigences ?

Les journées ensoleillées, la chaleur, les plages de sable fin et l’oisiveté des congés sont propices à tous les plaisirs, à commencer par celui des papilles.
Profitez-vous des jours d’été pour cuisiner, vous régaler à l’ombre d’une terrasse ombragée, grignoter toute la journée ou bien vous serrez-vous la ceinture pour vous offrir le plus beau des cadeau, rentrer dans votre maillot ?

Afin de vous aider dans vos choix, tout en mangeant comme un roi, nous vous donnons quelques conseils de bon aloi pour ingérer des aliments limitant l’inflammation et réduisant les douleurs. Il ne s’agit pas d’un régime hypocalorique pour perdre du poids, mais de produits à privilégier ou… limiter.

Les aliments à favoriser pour ralentir les crises d’arthrose…

Vous passez quelques jours de vacances en bord de mer et vous êtes adeptes des fruits de mer ? N’hésitez pas à réjouir votre palais grâce aux huîtres, aux moules et autres coquillages qui regorgent de sélénium et de zinc, un antioxydant aidant à neutraliser les radicaux libres, reconnu pour ses vertus anti-inflammatoires.
Outre les moules marinières ou les huîtres fines de claires, laissez-vous tenter par quelques crustacés dont la carapace contient de la chitine dont on extrait la glucosamine qui aide au maintien de l’intégrité du cartilage dans les articulations.

Dans les restaurants côtiers ou sur les marchés fraîchement approvisionnés par les pêcheurs locaux, il vous sera également proposé de superbes poissons.
Choisissez de préférence des poissons gras, riches en zinc et oméga 3, comme le maquereau, la sardine, les anchois… ils vous feront du bien, ainsi qu’à votre porte-monnaie !
En accompagnement, et pour parfaire votre corps de rêve, optez pour les légumes crucifères, les brocolis, le chou-fleur, le chou vert ou encore le navet.
N’ayant pas toujours bonne presse auprès des consommateurs, ces légumes sont pourtant riches en fibres et en souffre qui possèdent des propriétés antioxydantes, sans oublier la vitamine K qui aide la fixation du calcium sur les os.

Amateur de salades, le choix des matières grasses est essentiel dans la lutte que vous menez contre les poussées inflammatoires.
Privilégiez l’huile d’olive et de colza, riche en oméga 3, ces acides gras jouent le rôle d’antidouleurs et diminuent les inflammations.
Star de l’été, la tomate n’est pas si bénéfique que l’on pourrait l’imaginer, car consommée en quantité, elle peut devenir pro-inflammatoire à cause de la solanine qu’elle contient qui peut perturber l’action du collagène dans les articulations.
Ne vous privez pas de déguster cette reine des étales estivales… mais en quantité modérée.
Que vous ayez choisi de vous régaler de salades, poissons frais ou viandes grillées, vous ne manquerez pas d’épicer vos recettes préférées, c’est ici qu’interviennent deux racines très intéressantes pour les pathologies arthosiques, puisqu’elles aident à lutter contre le processus inflammatoire dans l’organisme : le gingembre et le curcuma.
Doté d’un goût poivré très prononcé, le gingembre frais se râpe sur le poisson, les soupes de légumes ou accompagne les sushis et sashimis s’il est mariné au vinaigre. Confit il rentre dans la composition de certaines pâtisseries comme les cakes.
Personnellement, pour une infusion, je râpe un petit morceau de gingembre que je mélange à un jus de citron additionné d’eau tiède… un vrai délice qui de surcroît, atténue l’acidité générée par la digestion des protéines du poisson.
Le curcuma, grâce à sa belle teinte rouge-orangée, colore les vinaigrettes, les sauces, les soupes… Vous pouvez également en saupoudrer vos viandes grillées, vos légumes ou vos salades.
Le soir venu, après une journée chargée en sport de plage ou en farniente, vous pourrez vous délecter d’une tisane de curcuma sur la terrasse de votre mobil home, en infusant une cuillerée à café dans une tasse durant quelques minutes.

Votre ligne -et votre forme ! – étant désormais parfaites, vous pourrez vous délectez de fruits rouges, aussi agréables en bouche que bienfaisants pour votre arthrose !
Cerises, framboises, myrtilles contiennent des pigments naturels responsables de leur couleur et qui agissent comme de puissants antioxydants.
Un plaisir authentique et bénéfique !

Vous possédez désormais les « ficelles » pour un été culinaire réussi, tant sur le plan gustatif qu’arthrosique ; demeure juste quelques aliments à éviter pour que votre information soit la plus complète possible.

Et ceux à éviter…

Considérons en premier lieu les graisses saturées. Pourquoi faut-il les limiter et où les trouve t-on ?
Ces acides gras se trouvent dans les produits laitiers, le beurre, les viandes comme le mouton, l’agneau, le porc et certaines parties du boeuf ou encore la charcuterie.
La consommation régulière de ces aliments a des effets pro-inflammatoires sur l’organisme en provoquant une hausse sensible de la protéine C réactive que l’on trouve dans le sang lors d’une inflammation aiguë.
Il n’est pas question ici de vous inciter à supprimer ces produits, simplement à limiter leur consommation ; votre arthrose vous dira merci !

En second lieu, nous attirons votre vigilance sur les graisses trans issues de l’industrie agroalimentaire. Obtenues à partir d’huiles végétales transformées par réaction chimique, elles sont peu coûteuses et très utilisées pour le rendu de leur texture, mais elle sont également fortement inflammatoires.
Repérer leur présence demande de scruter de près les étiquettes, car hélas, aucune obligation légale d’indication n’existe. Si la composition indique acide gras trans ou graisse hydrogénée, vous saurez quelles graisses sont utilisées. Elles sont présentes de façon certaine dans les chips, les viennoiseries, les pâtisseries industrielles, certaines pâtes à tartiner… de faux amis à éviter !

Informés et motivés, il vous reste à inventer les vacances qui vous feront craquer !

Cet article vous a-t-il plu ?

Note moyenne : 0 / 5. Nombre de vote : 0