La magnétothérapie peut-elle soulager les douleurs de l’arthrose ?

Si vous souffrez de douleurs articulaires diagnostiquées comme étant de l’arthrose et que vous cherchez une méthode naturelle anti-douleur en parallèle à votre traitement thérapeutique habituel, peut-être avez-vous déjà entendu parler de la magnétothérapie ?
Le principe consiste à utiliser les champs magnétiques émis par les aimants pour soulager la douleur et en particulier celles causées par l’arthrose au niveau des articulations, comme par exemple le genou.
Les bienfaits supposés de ces aimants sont-ils une réalité ou un rêve éveillé ?
Nous avons voulu en savoir davantage sur ces promesses de mieux être…

Définition de la magnétothérapie

La magnétothérapie pourrait-être définie telle une pratique non conventionnelle utilisant les champs magnétiques des aimants à des fins thérapeutiques, notamment dans le cadre de l’arthrose mais pas uniquement. On évoque également des résultats positifs dans le traitement de diverses pathologies, telles que les migraines, les insomnies ou l’incontinence urinaire. Cette médecine douce ne prétend pas soigner les douleurs articulaires mais simplement soulager les patients.
La promesse avancée peut se résumer en une action antalgique et anti-inflammatoire concernant les personnes atteintes de tendinite ou d’arthrose, particulièrement lorsqu’il s’agit de gonarthrose ou d’arthrose des mains.

Quels type d’aimants sont utilisés ?

On répertorie deux grandes catégories d’aimants :
• Les aimants dits statiques ou permanents caractérisés par un champ électromagnétique stable.
• Les aimants dits pulsés dont le champ magnétique est variable et qui doivent-être branchés sur une source électrique.

La majorité des aimants en vente dans le commerce appartiennent à la première catégorie, ils sont dotés d’une faible intensité et sont utilisés de façon autonome.
Souvent présentés sous forme de pastilles rondes ou rectangulaires, il est également possible de trouver des aimants en forme de blocs, de plaques, voir même de feuilles de caoutchouc magnétique.
Le champ magnétique des aimants utilisés en thérapie est compris entre 3500 gauss pour ceux en céramique et 14500 gauss pour les plus puissants aux terres rares.
Les aimants dits pulsés sont commercialisés sous la forme d’appareils portatifs et sont essentiellement utilisés sous contrôle médical.
Cette technique fait appel à des champs magnétiques de faible intensité et de fréquences variables.

Quelle est l’influence de la polarité des aimants ?

Si chacun sait que les aimants possède deux pôles, savez-vous comment s’organise cette polarité et quelle est son influence dans le traitement de la douleur, notamment arthrosique ?

Précisons tout d’abord qu’un aimant n’est pas positif ou négatif mais possède des charges positives d’un côté, c’est le pôle positif dit pôle nord ainsi que des charges négatives de l’autre côté, c’est le pôle négatif dit pôle sud.

Nous verrons un peu plus loin, que sur le plan thérapeutique, il est essentiel de savoir identifier le pôle nord, mais savez-vous reconnaître de façon infaillible la polarité d’un aimant ?
Vous pouvez vous servir d’une boussole, le pôle nord de la boussole étant irrémédiablement attiré par le pôle sud de l’aimant. Si vous ne possédez pas de boussole, un simple fil de couture pourra vous être d‘une grande utilité.
Il vous suffira de suspendre l’aimant en l’attachant au bout du fil, s’il peut tourner librement, son pôle nord s’orientera vers le pôle nord terrestre, ce qui induit donc que le pôle nord terrestre est en réalité un pôle sud magnétique puisque les pôles opposés s’attirent !

Utilisation thérapeutique des aimants

Dans le cas de douleurs très localisées, comme dans le cas d’un genou, on place l’aimant directement sur la peau au centre de la zone à traiter et on le fixe avec un adhésif ou une bande. Si la zone douloureuse est plus étendue ou plus profonde, il sera possible d’apposer deux aimants superposés de façon à renforcer l’efficacité nécessaire.

En magnétothérapie, il a été déterminé que chaque pôle de l’aimant correspondait au traitement de pathologies différentes. Le pôle nord serait utilisé comme décontractant musculaire alors que le pôle sud correspondrait davantage au traitement de la douleur et des inflammations.
Pour les personnes intéressées par une description claire et précise du rôle que peuvent tenir les aimants dans la médecine actuelle, vous pourrez approfondir vos connaissance en lisant le livre du docteur Jean-Bernard Baron « Les aimants dans la médecine d’aujourd’hui ».

Dans la grande majorité des cas, c’est le pôle sud des aimants qui est directement appliqué contre la peau des patients dans le but de soulager des douleurs ou des inflammations. Comme nous l’avons vu plus haut, le pôle nord correspond davantage à des problématiques de contractures ou de crampes.
Dans certains cas où il est délicat de déterminer quel pôle utiliser, il sera possible, de façon exceptionnelle, d’encadrer la zone à traiter entre les deux polarités opposées.

Quels sont les modes d’action de la magnétothérapie ?

Affirmons le d’emblée, à l’heure actuelle nous ne savons pas comment les champs électromagnétiques exercent leur influence sur le fonctionnement des mécanismes biologiques, ce qui revient à dire que nous ignorons le mode d’action de la magnétothérapie.
Si différentes hypothèses ont été avancées, aucune n’a pour le moment été prouvée scientifiquement. Certains évoquent une stimulation du fonctionnement des cellules par les champs magnétiques, d’autres que la circulation sanguine se trouve activée par ces mêmes champs électromagnétiques, ce qui pourrait favoriser l’apport en nutriments et en oxygène. On peut aussi lire que c’est le fer contenu dans notre sang qui jouerait le rôle de conducteur ou enfin que les champs magnétiques pourraient briser la transmission du signal de la douleur entre les cellules d’un organe et le cerveau.
Sans preuve significative pour le moment, les recherches se poursuivent.

L’action supposée bénéfique des aimants est-elle prouvée ?

En premier lieu il convient de différencier les résultats thérapeutiques observés en fonction du type d’aimant utilisé.

Dans le cas des aimants dits statiques, même si certaines études ont mis en évidence leur influence positive sur certaines pathologies, il faut bien reconnaître que les preuves scientifiques relatives à leur efficacité sont rares.
Si l’on se focalise uniquement sur les douleurs articulaires provoquées par l’arthrose, la grande majorité des études sérieuses menées sur le sujet conclut à une efficacité antalgique des aimants équivalente à celle d’un placebo…

Pour ce qui concerne la magnétothérapie par les champs magnétiques pulsés, de nombreuses études ont été réalisées afin d’évaluer les effets de ce magnétisme sur le soulagement de la douleur, notamment arthrosique, mais également sur d’autres pathologies telles que les fibromyalgies, la polyarthrite rhumatoïde et même certains cancers. Même si les mécanismes physiologiques ne sont pas clairement identifiés, la magnétothérapie dite pulsée présente de bons résultats. En ce sens nous pouvons citer les revues d’études publiées en 2004 par M.I Weintraub puis en 2007 par M.S Markov.
(Sources : Weintraub M.I (2004) Magnetotherapy: historical background with a stimulating future. Critical Reviews™ in Physical and Rehabilitation Medicine, 16(2). ) (Marko S. Markov, « Magnetic Field Therapy: A Review », Electromagnetic Biology and Medicine, vol. 26, no 1, 1er janvier 2007, p. 1–23)

En France plusieurs études ont été menées à la Faculté de Médecine de Rennes mettant en exergue l’efficacité de la méthode.
(Source : Martine Goueslard, La thermographique par champs magnétiques pulsés dans les affections articulaires inflammatoires en kinésithérapie libérale : À propos de 9 observations (Thèse de doctorat en médecine), Rennes, Université de Médecine de Rennes 1, 1995)

Notons néanmoins une décision de l’agence française de sécurité sanitaire en date de février 2006 à l’encontre d’une société lyonnaise qui stipule que : « La publicité effectuée par ladite société en faveur de la méthode « les champs magnétiques pulsés » présentée comme ayant des propriétés thérapeutiques, et notamment sur l’arthrose, est interdite. »

Cet article vous a-t-il plu ?

Note moyenne : 3.8 / 5. Nombre de vote : 4