Le lait, source de bienfaits ou de méfaits sur les articulations?

Le saviez-vous :

  • En France, le chiffre d’affaires de l’industrie laitière est de 30 milliards d’euros (Esane 2015).
  • La filière emploie environ 298 000 personnes.
  • La France est le 2ème producteur européen derrière l’Allemagne.
  • Chaque année, la collecte de lait de vache, représente 23,8 milliards de litres (Source Eurostat 2014).
  • Les produits laitiers sont les aliments préférés des Français, à égalité avec les fruits et légumes (Etude CSA 2012).

Préconisé pour son apport en calcium, mais également en magnésium et vitamines B et D, les protéines laitières sont pourtant incriminées par certains médecins.
La polémique fait rage entre partisans et opposants, ouvrant un débat auquel nous allons tenter d’apporter un éclairage.

Les détracteurs du lait

L’un des arguments avancé par les « anti lait », concernent le lactose et les protéines laitières.
Le lactose, sucre naturellement présent dans le lait, est assimilé au niveau de l’intestin grêle grâce à une enzyme digestive, le lactase, dont l’action scinde le lactose en glucose et en galactose afin de permettre son absorption.
L’intolérance au lactose observée chez certains adultes est due à une déficience en lactase, parce qu’ils n’en produisent plus ou insuffisamment. Chez les sujets en proie à un déficit en lactase, les protéines du lait se transforment en toxine au travers des cellules digestives, pouvant provoquer des réactions inflammatoires, potentiellement ciblées sur les articulations.
Le taux d’intolérance au lactose varie de 5 à 15% chez les Nord-Européens et frôle les 100% sur le continent asiatique dont les habitants ne consomment quasiment pas de produits laitiers.

Les protéines présentent dans le lait sont parfois aussi présentées comme étant inadaptées au corps humain, car provenant d’une espèce animale, en l’occurrence la vache. Le système immunitaire pourrait s’en trouver perturbé et potentiellement, générer des maladies auto-immunes, telle que la polyarthrite par exemple.

Ces soupçons de méfaits du lait sur les articulations n’étant pas étayés d’études scientifiques incontestables, la doute subsiste quand à la nécessité de le supprimer de notre alimentation. Certains spécialistes contestent la nécessité de boire du lait uniquement pour son apport en calcium, et précisent qu’une alimentation équilibrée suffit à satisfaire nos besoins, ceci alors que d’autres médecins avancent les risques de carences pouvant résulter de la suppression des laitages.

Des études mettent en avant l’action bénéfique du lait

Deux études récentes tendent cependant à démontrer l’action bénéfique des laitages sur l’arthrose du genou ou gonarthrose.

Une 1ère étude datant de 2014, menée sur plus de 2000 patients, et publiée dans la revue de l’American College of Rhumatologie, montre que la consommation quotidienne de lait demi-écrémé ou écrémé, serait susceptible de ralentir la progression de la gonarthrose, mais uniquement chez les femmes, l’impact ayant été quasi nul chez les sujets masculins.
(Source : Bing Lu, Jeffrey B. Driban, Jeffrey Duryea, Timothy McAlindon, Kate L. Lapane, Charles B. Eaton. Milk consumption and progression of medial tibiofemoral knee osteoarthritis : Data from the Osteoarthritis Initiative. Arthritis Care & Research, 2014 )

Ces résultats prometteurs doivent cependant être nuancés, d’une part, parce que seuls l’effet sur l’interligne articulaire a été observé, sans tenir compte de la douleur et du ressenti du patient, d’autre part, parce que le lait semble seul aboutir à ces améliorations, au détriment d’autres produits laitiers comme les yaourts ou le fromage.

Une seconde étude plus récente encore, en date de 2018, menée au Pays-Bas, a démontré les bienfaits significatifs de la consommation de fromages hollandais à pâte dure sur l’arthrose du genou.
Ainsi l’étude porta sur 3000 personnes âgées de 40 à 75 ans, dont plus de 400 souffraient de gonarthrose.

Les résultats soulignent une baisse de 30% de la probabilité de développer une arthrose du genou chez les sujets consommant plus d’une portion et demie de fromage par rapport à ceux n’en consommant pas.
Selon les auteurs, la caractéristique principale pouvant expliquer les bénéfices apportés par ces fromages à pâte dure, pourrait être leur teneur en vitamines K.
(Source : Consumption of dairy products in relation to the presence of clinical knee osteoarthritis: The Maastricht Study, septembre 2018)

Conclusion :

Le lait favorise t-il ou pas les douleurs articulaires ?
Si la question est fréquente, les études correctement réalisées, ne permettent pas d’établir un rapport entre l’inflammation articulaire et la consommation de lait.
Sous un angle purement scientifique, on ne peut donc pas affirmer que les problèmes articulaires soient favorisés par la consommation de lait, même si certains patients ressentent une amélioration alors qu’ils ont stoppé l’absorption de produits laitiers.

Cet article vous a-t-il plu ?

Note moyenne : 4.3 / 5. Nombre de vote : 3