Les thérapies non médicamenteuses

Thème 1 : L’HYPNOSE

Le terme de thérapies non médicamenteuses me paraît plus adapté que celui de médecines alternatives ou parallèles. Ces différentes thérapies s’inscrivent dans une démarche commune à la médecine conventionnelle et traditionnelle concernant les objectifs à atteindre à savoir soulager et améliorer les maux. Ces thérapies sont donc complémentaires et ne doivent pas se substituer à notre médecine conventionnelle.
Le diagnostic d’une maladie est un acte strictement médical que seul un docteur en médecine (médecin, chirurgien) ou en odontologie (dentiste) peut effectuer.
Avoir recours à une thérapie complémentaire ne doit pas vous faire arrêter le traitement prescrit par votre médecin. Si un thérapeute vous demande d’arrêter votre traitement médical, un conseil : fuyez !
Les thérapies complémentaires se sont développées ces dernières années. Les thérapeutes sont de plus en plus nombreux et proposent des approches variées. Il est important de vérifier les diplômes et formations du thérapeute avant de le consulter (comme vous le faites quand vous consultez un docteur ! )

Nous aborderons plusieurs thérapies complémentaires au fil des semaines et des rencontres. Nous commençons par l’hypnose thérapeutique.

Hypnose thérapeutique et arthrose

J’ai eu le privilège et l’honneur de recueillir le témoignage et l’expertise du Dr Nadine CORNET DROGUET.


Le Dr CORNET DROGUET exerce une activité de rhumatologie en libéral dans un cabinet et pratique l’hypnose thérapeutique.
Son parcours de formation est aussi bien théorique que pratique :
Formation à l’Hypnose dans le cadre de la Fédération Française de Rhumatologie, dans le service du Professeur Bourgeois, à l’Hôpital de La Pitié Salpêtrière à Paris, avec le Docteur Eric Gibert en 2009.
Stages réguliers de perfectionnement en hypnose clinique avec les Docteurs Jean Becchio et Pierre Lelong.
Diplôme inter universitaire d’Hypnose Clinique et Techniques d’Activation de Conscience PARIS XI en 2010.

Qu’est-ce que l’hypnose ?

C’est un état de veille particulier favorisant l’interaction entre conscient et inconscient, l’état le plus propice au changement.

Nous vivons tous des moments de légère hypnose dans notre vie quotidienne : lorsque nous sommes captivés par un beau film, lorsque nous sommes « dans la lune » ou que nous conduisons sur notre trajet entre notre domicile et notre travail. C’est cet état que l’hypnose thérapeutique amplifie.

Il s’agit d’une technique reconnue, pour laquelle le médecin a reçu une formation spécifique.

L’Hypnothérapeute est un compagnon de route et non un magicien doté de pouvoirs spéciaux. Il n’y a pas de toute puissance de l’Hypnothérapeute sur le patient.

Sous hypnose, le patient garde le contrôle ; il ne peut pas être hypnotisé contre sa volonté. Le sujet conserve sa liberté, sa marge de manœuvre, et son libre arbitre.

L’hypnose permet aux patients de réévaluer les évènements, de les relativiser, de les aborder sous un jour nouveau, plus positif. D’une situation figée (douleur chronique, traumatisme), le patient peut accéder à un état dynamique. Remettre du mouvement dans une situation de blocage, voilà l’objet de l’hypnose.

En pratique, une séance d’hypnose dure environ une heure. Lors du premier rendez-vous, il est indispensable de recueillir les éléments nécessaires à la connaissance du patient et la détermination d’objectifs.

L’hypnose Ericssonienne permet de traiter la plupart des troubles fonctionnels et de soulager les patients qui en souffrent. L’objectif de l’hypnose thérapeutique est d’améliorer le confort de vie tout en apprenant au patient à mobiliser son imaginaire (couleur, personnage, objet…) En réponse, le médecin suggère de faire évoluer cette image grâce à l’imaginaire du sujet.

Après la consultation, si la douleur revient, le patient peut se remémorer cette histoire imaginaire et modifier tout seul sa perception de la douleur. On parle d’auto hypnose. Elle peut être enseignée aux patients et c’est en pratiquant régulièrement qu’un soulagement pourra être obtenu.

En médecine, de nombreuses études cliniques ont démontré l’utilité et l’efficacité de l’hypnose pour soulager la douleur chronique, notamment l’arthrose. L’hypnose permet de diminuer la prescription des antalgiques et d’améliorer le confort des patients.

Une séance d’hypnose se décompose généralement en plusieurs étapes :

• Prise de contact et échanges avec le médecin

• Entrée en hypnose (10 à 15 minutes)

• Travail thérapeutique (10 minutes à une heure)

• Sortie d’hypnose (5 minutes environ)

• Le patient peut ensuite retourner sans attendre à ses occupations habituelles.

Le nombre de séances d’hypnose nécessaire dépend du problème et de la motivation du patient. Une seule séance d’hypnose peut suffire mais trois à cinq séances sont souvent nécessaires. Les thérapies les plus longues ne dépassent pas 20 séances.

Dr Aurélie Sicaud – Médecin Rhumatologue

Cet article vous a-t-il plu ?

Note moyenne : 5 / 5. Nombre de vote : 1