L’hydrothérapie en question : crénothérapie ou thalassothérapie ?

Le saviez-vous ?

  • Nom scientifique du thermalisme, la crénothérapie désigne l’ensemble des traitements utilisant les eaux thermales pour leurs bienfaits thérapeutiques.
  • La thalassothérapie utilise les algues et les boues marines comme éléments de soins du corps, tels que les enveloppements ou les cataplasmes.
  • Associée à la thalassothérapie, la balnéothérapie prodigue les bienfaits de l’eau de mer à travers les bains bouillonnants et les hydromassages.
  • Alors que la cure thermale est en partie remboursée par la sécurité sociale, à condition qu’elle soit prescrite par un médecin, la cure de thalassothérapie n’est, quant à elle, plus remboursée depuis 1998.
Pourquoi la thalassothérapie n’est-elle plus remboursée ?

Depuis la circulaire 56/98 du 23 décembre 1998, la CNAM (caisse nationale d’assurance maladie) ne rembourse plus les soins de kinésithérapie ainsi que la visite médicale effectués en cure de thalassothérapie. Mais quelles en sont les raisons ?

Ayant, à priori, des vertus plus préventives que curatives, et poursuivant moins d’objectifs thérapeutiques que les cures thermales, la thalassothérapie et ses soins liés aux éléments marins, sont désormais considérés comme un luxe et ont clairement basculé dans le domaine du loisir, de la détente et du plaisir.
Ceci étant, les bienfaits de ces cures à base d’eau de mer et de produits marins, ne sont nullement remis en cause, bien au contraire, et continuent d’offrir des bénéfices en terme de santé, d’équilibre et de bien être.

Vous êtes plutôt eau de mer ou eau douce ?

Si les eaux thermales ont des vertus antalgiques reconnues sur différentes pathologies, et notamment l’arthrose, l’eau de mer regorge d’oligo-éléments (zinc, chrome, manganèse…) et de sels minéraux (sodium, calcium, potassium, chlore…) nécessaires aux articulations.
Avec une densité de 27 grammes de chlorure de sodium par litre, et donc une portance bien plus grande que celle de l’eau douce, l’eau de mer permet de diminuer le poids du corps, donc le poids sur les articulations, ce qui favorise et facilite les mouvements. On estime que lorsque nous sommes immergés jusqu’au cou dans l’eau de mer, notre poids représente environ 10% de notre poids réel.
La combinaison des minéraux et des algues permettent à un organisme fatigué de se régénérer, de se re-minéraliser et de se rééquilibrer grâce aux vertus transmises au contact de la peau par une eau chauffée entre 30 et 35 degrés environ.

Les bienfaits d’une thalassothérapie

Chauffer l’eau de mer, permet d’optimiser ses principes actifs et provoque une dilatation des vaisseaux sanguins, vecteurs d’une meilleure absorption des produits par la peau.
En terme de traitement de pathologies, l’efficacité d’une thalassothérapie se retrouve sur une amélioration de la circulation sanguine ainsi que les douleurs articulaires.

Selon la façon dont est diffusée l’eau de mer sur le corps, ses vertus, et le ressenti du patient sont très différents. Sous forme de pluie fine, l’eau salée est relaxante et favorise la détente, alors que sous forme de jets puissants, elle stimule la circulation et tonifie le corps.

Concernant les arthroses débutantes ou latentes, le patient peut bénéficier de séances de massages par jets sous marins de façon à activer la circulation sanguine des muscles autour des articulations concernées, mais également d’exercices d’aquastretching en piscine d’eau de mer ou d’enveloppements de boues d’algues chaudes.

Pour les arthrosiques en phase aigüe, outre les séances de rééducation en piscine d’eau de mer ainsi que les massages thérapeutiques, les curistes se voient appliquer des cataplasmes chauds d’algues ou de boues marines aux propriétés antalgiques et revitalisantes.

Quels sont les bénéfices attendus d’une cure en thalassothérapie ?

Selon l’avis même d’une majorité de curistes en thalassothérapie, les bénéfices d’un séjour se ressentent sur l’amélioration de l’état de fatigue, un bien-être, une baisse de l’intensité des douleurs et une meilleure mobilité articulaire.
Les bienfaits ressentis sont donc d’ordre physiologique, avec une réduction des douleurs articulaires et musculaires, une amélioration de la circulation sanguine, une purification de la peau par élimination des toxines ou encore une aide favorisant la lutte contre les affections respiratoires… mais pas uniquement !
Des améliorations significatives peuvent-être constatées sur le plan psychologique, en notant une diminution du stress, grâce à un recentrement sur soi-même, mais également au niveau neurologique, puisque certains médecins n’hésitent plus à prescrire une cure dans les cas de pathologie dépressive sérieuse.

Existe t-il des contre-indications ?

Même si les contre-indications s’orientent davantage au regard de certains soins en fonction des caractéristiques ou troubles propres à chaque curiste, plutôt qu’envers la thalassothérapie en générale, certaines affections peuvent constituer une contre-indication sous peine d’aggravation ou de contamination des autres curistes. On peut notamment citer les maladies liées à l’asthme, à l’hypertension, les problèmes cardiaques sévères, les dérèglements thyroïdiens, ou encore l’allergie à l’iode ainsi que certaines affections cutanées, mycologiques ou virales.

En tout état de cause, la personne désireuse de suivre une cure en thalassothérapie devra obligatoirement présenter un certificat médical et, même si la visite auprès du médecin du centre n’est plus obligatoire, il semble important de rencontrer le praticien lors de son arrivée afin d’adapter les soins à vos pathologies éventuelles.

Cet article vous a-t-il plu ?

Note moyenne : 5 / 5. Nombre de vote : 1