Prothèse de genou connectée, l’homme bionique est en marche !

En 2013, 80 819 prothèses de genou ont été posées en France soit une progression de 30 % en 5 ans. Le vieillissement de la population ainsi que notre mode de vie moderne, où l’on constate une augmentation de l’obésité très significative, laisse présager d’une très forte augmentation de la demande de pose de prothèses dans les années à venir si bien que l’on estime probable une multiplication par six dans les dix prochaines années en France. On pourrait même parler d’explosion de la demande si l’on se base sur les chiffres du marché américain avec une progression attendue de l’ordre de 600% dans les vingt ans à venir.
Face à ce défi de santé publique, un nouveau projet ayant pour objectif de créer des prothèses connectées capables de déceler et de signaler infections ou problèmes mécaniques a été lancé. Ne pensez pas qu’il s’agit d’un savant fou créant des prototypes au fond de son laboratoire, le projet étant initié par L’Institut National de Santé et Recherche Médicale de Brest (INSERM) en coopération avec un consortium de partenaires privés et publiques. Lancé en 2018, ce projet qui constitue une première mondiale répond au doux nom de « Followknee » ce qui signifie suivi du genou.
Trois ans après le lancement du programme, arthrose.fr a souhaité faire le point sur l’avancement du projet qui pourrait révolutionner la chirurgie orthopédique relative à la pose de prothèses de genou.

Une visibilité sur l’état de la prothèse

Les problèmes les plus fréquemment rencontrés en termes de prothèse de genou sont l’infection et les altérations mécaniques, l’intérêt des prothèses connectées est donc de franchir un cap dans ce domaine.
L’objectif du projet vise à une optimisation de la conception, de la fabrication, de l’implantation mais également du suivi de ces prothèses afin de diminuer, suite à des problèmes, les ré-interventions qui s’avèrent souvent délicates et plus coûteuses que l’intervention initiale. La connexion permettra d’évaluer à tout instant et en direct, l’état de la prothèse de façon à intervenir le plus rapidement possible en cas de nécessité. Une véritable avancée tant pour les chirurgiens que pour les patients !

Quels sont les enjeux d’une prothèse de genou connectée ?

La prothèse de genou imaginée dans le cadre du projet Followknee sera conçue et fabriquée sur mesure en fonction de la morphologie du patient. Comment cela est-il rendu possible ? Les chirurgiens auront à leur disposition une suite logicielle complète leur permettant de concevoir et de produire chaque prothèse à la demande grâce à l’impression 3D. Sur ces imprimantes de nouvelle génération l’encre sera remplacée par une poudre constituée de titane, polyuréthane ou autres matériaux.
Au sein de la prothèse seront implanté des capteurs miniaturisés permettant la mesure de la température et du taux d’acidité (PH), informations qui seront transmises au médecin en bluetooth vers une application smartphone. En outre, une alerte pourra être envoyée en temps réel si certaines données semblent anormales. Ces données pourront être consultées à la fois par le patient et le corps médical s’occupant du patient opéré.
Dans le but d’assister et de guider le chirurgien lors de l’intervention, afin de parfaire la précision de la pose, l’utilisation de la réalité augmentée est également prévue dans le cadre de ce projet.
Le suivi post opératoire sera également optimisé et amélioré grâce aux capteurs intégrés à la prothèse, l’objectif poursuivi étant d’éviter au maximum les ré-interventions.
Concernant la phase de rééducation, grâce aux données collectées, les professionnels de santé seront en mesure de personnaliser le protocole de chaque patient et ainsi d’impliquer davantage ce dernier lors de cette phase essentielle.

Des résultats encourageants

Trois ans après son lancement, le projet Followknee progresse et suscite de nombreux espoirs.
Concernant les prothèses connectées en elles-mêmes, les algorithmes de personnalisation sont en phase finale de développement, un travail conséquent a été réalisé sur les capteurs et des avancées très significatives ont été obtenues au regard de la conception.
En outre, au coeur du bloc opératoire, des partenaires spécialisés s’associent aux chirurgiens afin de travailler en synergie sur une technologie de réalité augmentée et les premiers résultats obtenus se révèlent très encourageants.
Enfin, des avancées majeures ont pu être réalisées dans la sécurisation des données des patients.
L’ensemble des acteurs du projet collaborent de façon enthousiaste et avec perspicacité, si bien que l’objectif fixé n’est rien d’autre que le lancement des essais cliniques d’ici deux ans au CHU de Brest.

Quels espoirs placés en ce projet ?

Gageons que si le projet Followknee est couronnée de succès, la pose de prothèses de genou connectées permettra un grand pas en avant aussi bien dans le domaine de la conception, de la fabrication, que de la pose et du suivi. Des prothèses « sur mesure » fabriquées en fonction des besoins qui devraient séduire les patients et une technologie de réalité augmentée qui devrait permettre une réelle assistance aux chirurgiens, ceci sans compter l’espoir de taux de ré-intervention beaucoup plus faible qu’actuellement.
Si le projet Followknee concerne uniquement le genou, comme son nom l’indique, gageons qu’en cas de succès, d’autres recherches verront rapidement le jour concernant les autres articulations, telles que la hanche ou l’épaule.

Source : www.followknee.com

Cet article vous a-t-il plu ?

Note moyenne : 0 / 5. Nombre de vote : 0